Bataille de Culloden (1746) - Ce qu'il faut retenir - Guide de voyage en ligne

Bataille de Culloden (1746) – Ce qu’il faut retenir

0

La bataille de Culloden n’est pas seulement la dernière bataille de champ menée sur le sol britannique, mais aussi (je pense que nous pouvons dire) la dernière bataille menée par une armée « médiévale » même si déjà au milieu des temps modernes. Les guerriers écossais massacrés sur la lande de Culloden ce 16 avril 1746 par les mousquets britanniques furent, en fait, les derniers survivants d’une façon de comprendre la guerre qui avait disparu depuis longtemps en Europe. Le nord de l’Écosse, les Highlands, était encore gouverné par le système clanique au milieu du XVIIe siècle, une ancienne organisation sociale basée sur la famille élargie, remontant aux premiers siècles avant Jésus-Christ dans la société celtique. Au sein du clan, chaque homme était un guerrier, et chaque guerrier devait fidélité à son seigneur, le chef du clan. C’est une structure militaire que l’historien militaire britannique John Keegan a définie comme pré-clausewitzienne; dans une structure sociale primitive comme les clans des Highlands, en fait, la guerre est un phénomène pré-politique, lié aux habitudes millénaires de la vie, un phénomène qui concerne chaque homme non comme soldat, une définition non pertinente aux guerriers écossais, mais comme appartenant à ce dernier. La guerre sert certes des fins politiques, la défense du territoire du clan ou le raid pour enrichir ses troupeaux, mais elle est aussi un simple instrument d’affirmation de soi de tout membre actif, mâle, de la société. Le comportement de l’armée jacobite en 1745 était typique d’une armée formée par ces guerriers. A Derby, en vue de Londres, l’armée de Charles Stuart tourna le dos à la victoire possible et retourna en Ecosse; il n’y avait aucune raison stratégique ou tactique claire pour justifier ce comportement : peut-être était-ce l’attrait atavique des montagnes pour les guerriers écossais ou peut-être les difficultés à partager le butin, nous n’en saurons jamais assez. Les morts éparpillées dans le champ de Culloden le soir du 16 avril 1746 n’étaient pas seulement un monument aux espoirs d’indépendance brisés de l’Écosse, mais aussi au dernier grand système militaire et social pré-moderne en Europe.

Résumé

  • Lieu : Culloden, Écosse
  • Date : 16 avril 1746
  • Forces en présences : Maison de Hanovre contre Maison de Stuart
  • Qui remporte la victoire : Une victoire décisive pour la Maison de Hanovre
  • Commandants : Maison de Hanovre : Duc de Cumberland – Maison de Stuart : Prince Charles Edward

Genèse

Les espoirs d’une restauration jacobite, après la révolution de 1685, n’étaient jamais morts en Angleterre, au contraire ils semblaient renaître en 1744, lorsque sa cause obtint le soutien militaire du roi Louis XV de France, qui vit favorablement sur le trône d’Angleterre, l’éternel rival, un de ses candidats, d’ailleurs catholique. En février, dix mille soldats français s’étaient rassemblés à Dunkerque en attendant d’être transportés à Maldon, sur la côte de l’Essex, d’où ils devaient marcher vers Londres. Le prince de Galles Charles Edward, fils de Jacques III et neveu du dernier roi Stuart d’Angleterre, James II, représentait les Stuart. Les conditions météorologiques défavorables, qui ont causé la destruction quasi totale de la flotte française, retardent le projet d’invasion, puis l’annulent définitivement avec la mort de Louis XV la même année. Jacques III n’avait plus aucune valeur dans les jeux de la politique européenne et a transmis son rêve à son fils Charles Edward, qui à partir de ce moment a été désigné dans les salons politiques de l’Europe comme le « New Pretender » et dans ces galants comme le « Beautiful Prince Charles » (le Bonnie Prince Charles). En 1745, Carlo Edoardo voulut suivre son destin et le 16 juillet, il commença l’aventure. Avec quelques amis et une petite réserve d’armes et de munitions, il embarque pour l’Ecosse sur la frégate légère Du Teillay, commandée par Antony Walsh, un pirate et contrebandier bien connu.

Elle a été rejointe par Elisabeth, un navire de la flotte française armé de 64 canons et affrété par l’aventurier Walsh, qui a embarqué un groupe de volontaires, à peine une compagnie. Les débuts n’ont pas été propices. A l’ouest des côtes irlandaises, l’expédition traverse le navire de guerre britannique Lions qui rencontre Elisabeth. Gravement endommagé, le navire français a dû rentrer à Brest avec les soldats et les réserves destinés à l’insurrection, mais le Du Teillay, qui embarquait le Pretender, a réussi à forcer le blocus, permettant à Charles Edward de toucher les îles Hébrides. De là, il atteignit le continent écossais le 25 juillet, entrant dans la rade du Loch nan Uamh, près d’Arisaig. Immédiatement, le jeune prétendant envoya des messages pour rassembler les clans des Highlands et le 9 août, il hissa le drapeau des Stuart à Glenfinnan en se désignant régent pour son père. « Quarante-cinq » avait commencé. La force réunie par Carlo était une petite force de seulement 1 200 hommes, composée pour moitié du Cameron de Sir Lochiel et pour moitié du MacDonald de Keppoch. De nouveaux contingents s’y sont ajoutés au fur et à mesure qu’ils se déplaçaient vers l’est, jusqu’à Badenononoh, le long des routes construites par les Anglais après l’insurrection jacobite de 1715, juste pour garder la région sous contrôle. L’armée gouvernementale de Sir John Cope, envoyée dans l’urgence pour intercepter les rebelles, préféra marcher vers Inverness et Charles trouva le chemin d’Edimbourg dégagé. Lord George Murray l’a rejoint à Perth, qui aurait été un excellent commandant sur le terrain.

Lire aussi
Que visiter à Ayr en un jour ?

Le 17 septembre, le Prétendant entra à Edimbourg et s’installa sans aucun problème dans le palais de Holyrood, l’ancienne maison des Stuart, tandis que les troupes gouvernementales qui gardaient la ville restaient basées dans le château. La tentative de Sir Cope d’atteindre Aberdeen puis de marcher contre Édimbourg ne valait rien : le 21 septembre, submergé par une charge violente, son armée fut vaincue à Prestopans, en dix minutes seulement. Charles était maintenant le maître de l’Ecosse, mais son but était d’atteindre Londres. Le 1er novembre, l’armée se met en route et remporte une série de succès : Carlisle se rend (16 novembre), atteint Manchester (28 novembre) et tombe finalement Derby (4 décembre). Mais tout ne se passait pas bien. L’aide promise par les Jacobites anglais était insuffisante et est arrivée en retard. Il y avait de sérieux malentendus stratégiques entre Charles et Lord Murray, et un millier de Highlanders avaient disparu pour retourner sur leurs terres; et, comme si cela ne suffisait pas, trois armées gouvernementales se réunissaient pour encercler Charles. Il décide alors de se retirer, alors que Londres n’est plus qu’à 127 milles et que la ville connaît des moments de grande inquiétude face à la circulation des troupes françaises embarquées à Dunkerque et déjà en route à travers la Manche, et des renforts jacobites importants en provenance des régions du pays de Galles et d’Angleterre. Au lieu d’attaquer la capitale à la vitesse de l’éclair, Charles monta en Écosse et atteignit Glasgow le jour de Noël. La ville lui était maintenant hostile et était menacée de pillage; Stirling lui a mal ouvert les portes, mais le gouvernement a gardé le château. A ce stade, la roue de la fortune semble tourner un peu en faveur du Bel Carlo. Lady Anne MacKintosh, dont le mari et chef de clan était membre du gouvernement, lui envoya 400 hommes, ce qui lui valut le surnom de « Colonel Anne », et finalement les hommes, les réserves et les munitions tant attendus venaient de France.

Les Jacobites remportèrent également une victoire à Falkirk, qui n’était pas pleinement exploitée, sur les troupes du général Harwey. Le 1er février, l’armée des Highlanders franchit le gué du Ford pour se diriger vers le nord. Entre O’Sullivan, qui voulait qu’il s’engage dans le Sud, et Lord Murray, qui le poussa à aller dans le Nord, Charles choisit le dernier conseil et se dirigea vers Inverness, où il établit sa maison d’hiver pendant sept semaines. Pendant ce temps, les Highlanders retournèrent sur leurs terres, tandis que le duc de Cumberland, qui commandait l’armée britannique, s’installa à Aberdeen avec une armée forte et 5 000 alliés allemands pour bloquer de Dunkerque le passage vers le sud. Le cercle se resserre et la situation de Bel Carlo se détériore, notamment parce que l’aide financière envoyée par la France a été interceptée par les Anglais. Lord Cumberland a quitté Aberdeen le 8 avril pour Nairn, sur les rives du Moray Firth. Le 14, les tambours et les cornemuses ont appelé l’armée jacobite à Inverness et le soir, le prince s’est dirigé vers Culloden House. Le lendemain, dans la lande de Drumossie, l’armée était prête pour la bataille en attendant l’affrontement qui ne se produirait que 24 heures plus tard.

Forces de campagne

Le duc de Cumberland comptait 15 bataillons d’infanterie, 4 régiments de dragons et 16 canons à Culloden, auxquels il faut ajouter les hommes des milices loyalistes écossaises, pour un total d’environ 9 000 hommes. L’armée jacobite comptait environ 5 000 fantassins, 400 cavaliers légers et une douzaine de canons légers. Il est à noter qu’une partie des deux armées n’a jamais vraiment été engagée dans la bataille.

Lire aussi
10 choses que vous devez absolument manger à Edimbourg

La bataille

Le 15 avril, les Anglais ne voulaient pas se battre parce que le camp célébrait l’anniversaire du duc de Cumberland avec une distribution extraordinaire de brandy. Les Jacobites auraient pu en profiter, mais leur état-major discutait encore du choix du champ de bataille. Lord George Murray prétendait que la vaste lande de Culloden ne convenait pas à la charge des Highlanders, tout en permettant aux troupes anglaises de déployer toute leur puissance de feu, tandis que le prince Charles Edward et O’Sullivan trouvaient le choix de la lande parfaitement approprié. L’armée jacobite, plutôt déconcertée, était déployée, dans le froid et sans nourriture, en attendant que la journée soit consacrée à des discussions inutiles et qu’une attaque contre le camp gouvernemental soit finalement décidée, il était déjà tard le soir. Mais malgré l’eau-de-vie, les troupes du duc étaient en état d’alerte et les Highlanders ont échoué la sortie.

Sur leurs pas, ils étaient plus que jamais affamés et fatigués, furieux du commandement suprême; de plus, le jour était sur le point de se lever et personne, parmi les Jacobites, n’avait fermé les yeux toute la nuit. Au lever du soleil, le prince Charles déploie ses troupes qui ne comptent pas plus de 5 000 hommes et quelques centaines de cavaliers légers. Toute l’artillerie se composait de 13 vieux canons légers. Les Highlanders ont été arrangés pour un clan formant deux lignes : au milieu ils avaient placé les quelques canons et dans la réserve il y avait la cavalerie faible. De l’autre côté du camp, 15 régiments d’infanterie (6 400 hommes) et deux régiments de dragons (2 600 hommes) sont placés avec précision géométrique.

Le duc de Cumberland avait placé ses troupes en trois rangées : les deux premières étaient composées chacune de six régiments; la troisième, avec ses trois régiments, servait de réserve. La cavalerie se tenait sur les côtés, et devant tout était placée la puissante artillerie. Du côté gauche de l’alignement, au-delà d’un mur de pierre, les compagnies écossaises loyalistes (la milice Argyll) se préparaient à prendre les Jacobites en marche sur le côté. Les premiers tirs d’artillerie partent vers dix heures du matin des canons jacobites et répondent immédiatement aux lourds mortiers du gouvernement. La comparaison était insoutenable : les canons légers écossais étaient presque totalement inefficaces à cette distance, tandis que les tirs de l’artillerie gouvernementale ouvraient de terribles brèches entre les Jacobites. Attendant l’ordre d’attaque, qui devait être donné avec le mot « claymore ». la longue file dans le tartan a subi de lourdes pertes.

Le prince Charles était loin de la ligne de front et ne se rendait pas compte de ce qui se passait, alors il attendit près d’une heure avant de donner l’ordre d’attaque : quand avec un cri sauvage les guerriers des clans des Highlands lancés à la charge avaient déjà payé un lourd tribut de sang à l’exactitude des artilleurs du gouvernement. Jusqu’à quelques mois auparavant, aucune armée britannique n’avait pu résister à l’impact sauvage de la charge des highlander et cette fois-ci, les Ecossais, décimés par le tir des canons, n’avaient pas perdu leur audace. Mais les troupes gouvernementales, en plus d’être numériquement supérieures, n’étaient plus les milices de comté improvisées avec lesquelles les Highlanders s’étaient auparavant affrontés. Devant eux se trouvaient les meilleurs régiments de l’armée régulière, entraînés pour faire face aux charges sans se désintégrer.

Les Jacobites furent d’abord fauchés par le feu aux côtés des milices loyalistes, puis, aujourd’hui face à face avec l’ennemi, investis de décharges de mousquetons des hommes de Cumberland qui avaient tenu le feu jusqu’au dernier moment et qui ont tiré et rechargé avec calme et méthode. Les Highlanders tombèrent les uns après les autres et les quelques hommes qui parvinrent à atteindre la ligne rouge de l’uniforme anglais furent percés par des baïonnettes. La chaleur de leur bureau avait été brisée. Les Britanniques lancèrent le cri de la victoire en avant, chassant les Jacobites survivants et finissant avec la baïonnette pour les blessés. La milice Argyll a contribué au massacre avec les dragons poursuivant les Écossais en fuite. L’itinéraire était complet et le prince Charles s’est échappé de justesse avec une petite escorte. Les Anglais pourchassaient les vagabonds et se retrouvaient sur le terrain avec les nombreux blessés, selon les ordres reçus du duc de Cumberland, qui à partir de ce moment-là pour les Écossais était toujours Billy le boucher. Quelques jours plus tard, le prince Charles Edward quittait le sol écossais pour réparer en France. Le rêve de Stuart était parti pour toujours.

Lire aussi
Que visiter à Perth en deux jour ?

Conséquences

La défaite de Culloden a mis fin à deux rêves distincts : celui des Stuart de retourner sur le trône d’Angleterre et celui des Écossais de redevenir une nation indépendante. Après la victoire, l’armée du duc de Cumberland a appliqué une politique de répression très dure dans les Highlands. Afin d’éradiquer le système clanique, la terre a été enlevée aux anciens propriétaires, les fermiers ont été chassés de leurs champs, créant ainsi ces vastes étendues désertiques qui caractérisent encore le nord de l’Écosse. Au lieu d’agriculteurs écossais, les entrepreneurs britanniques qui avaient obtenu des terres confisquées pour quelques livres introduisirent de grandes bandes de moutons dans les Highlands pour nourrir l’industrie naissante de la laine britannique. Même les symboles nationaux écossais ont été durement touchés : jouer de la cornemuse ou porter le kilt sera interdit jusqu’au milieu du siècle prochain, sauf dans les régiments que l’Angleterre recrute en Écosse; la poésie, la littérature, même la langue nationale écossaise, le gaélique, se sont opposés, sans que les gouvernements de Londres les répriment publiquement. Aujourd’hui encore, pour tous les Écossais, le 16 avril, jour anniversaire de la bataille, est à la fois le jour de la fierté et le jour du deuil.

Les Clans

Véritable vestige d’une société tribale, le clan (du clan gaélique, « famille ») représentait la structure sociale de base des Highlands écossais. Elle était composée de familles qui se considéraient comme apparentées par des ancêtres communs et qui portaient souvent le même nom de famille. Le chef du clan, qui avait droit au titre de Seigneur, possédait toutes les terres sur lesquelles vivaient les membres de son clan; ceux-ci, en échange du droit de les cultiver, étaient tenus de le suivre à la guerre. Chaque clan se distinguait par un agencement de couleurs particulier, dans les motifs typiquement celtes, appelés tartans, qui étaient portés sur les kilts et autres vêtements. Parmi les clans qui envoyèrent des combattants dans l’armée jacobite, les plus importants furent Cameron, Farquharson, Grant, MacDonald, MacKinnon, MacKintosh. MacLachlan, MacLean de Duart, Ogilvie.

Les Highlanders

Plus de guerriers médiévaux que de soldats de l’époque moderne, les Highlanders du Prince Charles Edward Stuart n’étaient en aucun cas capables de réaliser sur le champ de bataille les évolutions complexes de l’infanterie de l’époque. Ils ne connaissaient qu’une seule tactique, utilisée dans les affrontements tribaux pour la possession de pâturages et de bétail qui, pendant des siècles, ont impliqué les clans des Highlands : la charge sauvage pour arriver à une mêlée furieuse dans laquelle la force physique et le courage des individus ont décidé de l’issue du conflit. Pendant le soulèvement de 1745, cette façon de combattre s’est avérée efficace jusqu’à ce que les Highlanders soient confrontés à de petites milices anglaises locales non entraînées, mais elle a complètement échoué à Culloden, où l’armée du duc de Cumberland, nombreuse et composée de régiments réguliers bien entraînés, a arrêté le mouvement avec le tir régulier des mousquets.

L’armée britannique

Les régiments réguliers que le duc de Cumberland commandait à Culloden trouvèrent leur origine dans les réformes de Cromwell et de sa nouvelle armée modèle, dont ils conservèrent l’organisation et la couleur rouge traditionnelle des vêtements. Entraînés à combattre dans de longues lignes à trois rangs de profondeur, les soldats britanniques comptaient sur la décharge de leurs mousquets, dont l’efficacité était déterminée en les entraînant à tirer et à recharger rapidement, maintenant ainsi le volume du feu élevé. C’est précisément ce qui a prévalu à Culloden sur la charge sauvage des Jacobite Highlanders, infligeant plus de mille pertes à l’ennemi avec seulement 50 Britanniques sur le terrain. Dès le début du XVIIIe siècle, une compagnie de chaque régiment prit le nom de grenadiers : elle était formée par les hommes les plus puissants et les plus courageux du département armé, ainsi que le mousquet, quelques grenades à lancer à la main. Comme signe distinctif, les grenadiers portaient la mitre au lieu du chapeau tricorne normal.

 

Partager.

Laisser un commentaire