Que faire à Arras

0

Comment se loger à Arras

Guides et cartes utiles

Pour avoir plus d’informations sur les bon plans, les visites ou monuments à voir à Arras je vous conseille fortement de vous procurer un guide de voyage (Lonely Planet, Routard, GEO). Les références ne manquent pas. Voici quelques suggestions :

[amazon-product-search keywords= »guide Arras » item_count= »6″]

Budget à prévoir

Le prix moyen des hôtels constaté à Arras est de 89€. Pour un couple sans enfant, en comptant le prix des repas (entre 30€ et 80€ pour deux par jour). Une journée à Arras vous reviendra à environ 119/169€ (sans compter les loisirs et les souvenirs pour la famille)

Que faut-il prendre pour visiter Arras

Pour une visite à la journée de Arras. Ne prenez qu’un petit sac à dos (20L max). Mettez le minimum vital dedans. Ne vous surchargez pas. Et laisser votre sac dès que possible dans une consigne. Prenez donc au minimum de l’eau (gourde / bouteille), un appareil photo ou une perche pour vos selfies et de quoi vous protéger de la pluie et du froid.. Pour plus d’informations vous pouvez lire notre guide pour savoir quoi mettre dans votre sac à dos en voyage.

[apiproduit id= »32796209959,32691890349,32827118303,32804459800,32832082279,32793900075″ blank= »1″ direct= »1″]

Récis de voyage à Arras

Je ne sais pas trop quand l’idée m’est venue, mais je me suis soudain rendu compte que, dans notre course pour voir d’autres régions de France, nous avons traversé directement certaines parties historiques, sans même ralentir. J’ai pensé qu’il était temps d’y remédier, alors je me suis mis à la recherche d’une ville centrale où rester. Mes yeux se posèrent sur Arras. Je l’avais vu sur les panneaux de signalisation à plusieurs reprises alors que nous roulions le long de la route principale, en direction de, qui sait où ; nous avons toujours semblé nous retrouver sur cette route. Un peu de recherche m’a amené à penser que ce pourrait bien être un bon centre pour explorer la région. Je ferais mieux de commencer par le début, avec la route interminable vers Folkestone. C’est vraiment en train de devenir un test d’endurance plus qu’autre chose, avec la M25 autour de Londres assez pour tester la patience d’un saint, et je ne suis pas un saint. Par temps clair, vous pouvez voir de l’autre côté de la Manche jusqu’à la côte française, et aujourd’hui c’était limpide. On pouvait voir les falaises de Calais et de Boulogne. C’était difficile de penser au tunnel qui passait sous l’eau ! Après notre promenade, nous avons pris un bon repas à l’hôtel Clifton, en face de notre propre hôtel, puis une nuit de bonne heure pour être prêts à prendre le train le lendemain. Une bonne nuit de sommeil et un petit-déjeuner à la ceinture nous prépare à tout, et après les deux, nous nous dirigeons vers le terminal tunnel. Les choses ont un peu changé depuis notre dernière incursion ici et l’enregistrement automatisé s’est avéré être un peu éprouvant. Nous nous sommes ensuite dirigés vers la file d’attente pour l’embarquement. Notre premier vrai problème, c’est quand un type nous a dit :  » Il y a un problème avec la voie ferrée dans le tunnel. Apparemment, une ligne s’était rompue et il fallait la réparer. Cela signifiait que le tunnel ne fonctionnait qu’à mi-vitesse et que nous avions un retard d’une heure. Ce n’était pas si mal, surtout si l’on considère certains des retards que nous avons subis dans les aéroports. Finalement, nous sommes montés à bord et avons attendu le départ. Et j’ai attendu, et attendu, plus d’une heure de plus. Nous sommes finalement arrivés en France juste après midi et nous sommes partis pour Arras. Nous avons traversé la place pour voir de plus près et peut-être aller à l’intérieur, mais l’endroit était fermé (le dimanche signifie quelque chose dans le nord de la France) donc nous l’avons juste contourné. De retour dans la voiture, nous sommes retournés sur la route principale. Nous étions encore en avance et nous avons décidé de jeter un coup d’oeil à St Omer, un endroit que je n’avais vu que sur les panneaux indicateurs alors que nous partions ailleurs. C’est un endroit charmant, très français et a une place attrayante. Cette fois, cependant, il y avait un peu plus de choses à faire. En fait, c’était assez mouvementé. En finissant nos boissons, nous nous sommes dirigés vers l’angle de la place, et vers les Jardins de Publique. Elles étaient vraiment jolies. En entrant, nous pouvions voir d’immenses parterres de fleurs de couleurs brillantes et, à notre gauche, un énorme jardin englouti. Nous nous sommes promenés dans le parc en admirant les fleurs et en nous arrêtant de temps en temps pour en sentir une qui nous plaisait vraiment, avant de retourner à la voiture et de nous diriger à nouveau vers Arras. L’un des avantages de notre voiture est qu’elle est équipée de série d’un système de navigation par satellite. On s’est enregistré et on est allé dans notre chambre. J’étais un peu du petit côté, mais le lit était confortable et la salle de bain était assez bonne en fait, donc le reste que nous pouvions supporter, bien que pour une raison quelconque, Marg était un peu insatisfaite d’avoir seulement une armoire pour une garde-robe – mais elle allait bien après avoir accroché ses vêtements et jeté les miens. Finalement, on nous a montré notre table, qui était joliment disposée, avec des couverts et des fleurs très brillants. Le serveur avait déjà pris notre commande, donc notre starter nous attendait. Nous nous sommes mis au lit avec une certaine urgence, car nous n’avions pas vraiment mangé depuis ce matin-là. Nous avions commandé un steak pour notre plat principal, et nous nous sommes assis en arrière pour l’attendre tout en essayant le vin. C’était délicieux. Puis le serveur est revenu avec de petites coquilles de moules pleines d’une substance indéterminée. Maintenant, je n’aime pas trop les fruits de mer, mais j’avais trop faim pour m’en soucier, alors j’ai tout mangé – plutôt que de demander ce que c’était. Puis vint le plat principal. Nous avions tous les deux commandé le même repas et deux steaks maigres et délicieusement insuffisamment cuits ont été apportés à notre table, ainsi qu’une cuisinière au propane portative. On a fait une sauce devant nos yeux qui était un mélange de Congac, de Bols et de crème fraîche. Le tout a été brassé jusqu’à ce que ce soit la bonne consistance, puis flambé. Le serveur a légèrement incliné la casserole d’un côté, ce qui a permis au contenu de toucher la flamme. Une langue de trois pieds de flamme a jailli de la poêle, et ma joue s’est nettement réchauffée. Bien sûr, je n’ai jamais bougé d’un muscle, après tout, on ne peut pas montrer aux Français qu’on ne s’attendait pas à quelque chose d’aussi dramatique, n’est-ce pas ? Il a donc versé la sauce sur nos steaks et nous avons mangé un merveilleux repas rempli de tout ce que vous ne devriez pas manger, mais qui s’en soucie ? La vie est pour vivre, ce n’est pas une répétition. Après cela, nous nous sommes regardés l’un l’autre et nous avons décidé que nous devions dormir. Tous les deux un peu pompette, nous sommes allés au lit et avons dormi sainement pour le reste de la nuit. Comme l’a dit Marg : « Ce n’était pas tant un repas qu’un événement ! Nous avons eu un peu de mensonge ce matin, se levant vers 8 heures : Le petit-déjeuner terminé, nous avons décidé de faire une promenade autour de la ville, après tout, nous étions ici depuis environ 4 heures : J’adore explorer de nouveaux endroits, et nous nous sommes promenés le long de la ruelle et sur la route principale. Marg a dit que nous venions d’une direction et que l’hôtel était assez central, alors nous devrions marcher dans la direction opposée. Nous l’avons fait et nous avons tourné à gauche dans une sorte de rue commerçante normale. Nous avons continué un peu avant de contourner un virage et de voir le plus incroyable clocher. Comme je l’ai dit, la plupart des villes de cette région de France semblent avoir une place centrale. Arras est différent, il en a deux. Les deux sont beaux, mais de manières différentes. L’hôtel de ville est dans le premier et plus petit d’entre eux, La Place de Heros c’est toujours une grande place et a quelques maisons merveilleuses de chaque côté, toutes datant apparemment de la fin du 16ème siècle. Chaque pignon a une forme similaire et lorsqu’on les voit tous ensemble, ils semblent s’emboîter d’une manière ou d’une autre. Bien que les maisons sont maintenant presque tous les magasins, les gens vivent encore ici et cela doit être quelque chose d’ouvrir votre fenêtre sur une telle scène. L’autre place, qui se trouve juste au coin de la rue, s’appelle Grand Place et est vaste. Entouré de bâtiments similaires, il est facilement deux fois plus grand que de Heros. Nous avons décidé de faire le tour de l’hôtel de ville. J’ai voulu remonter le clocher et j’ai été ravi de constater qu’il y avait un ascenseur à l’intérieur et seulement 46 marches jusqu’au balcon panoramique qui se trouvait juste en dessous de l’horloge. Nous avons acheté nos billets et nous sommes allés jusqu’à l’ascenseur. Quand nous sommes arrivés au sommet, nous avons découvert que nous étions les seules personnes présentes et que nous avions tout le balcon pour nous. La vue est magnifique. Vous pouvez voir toute la ville et la campagne au-delà. La journée était plutôt grise, mais la visibilité était assez bonne. Une bande d’écoliers est arrivée, bavardant et gloussant. De toute évidence, ils s’amusaient comme des fous et le professeur avait l’air un peu harcelé, c’est le moins qu’on puisse dire, alors nous sommes redescendus. Nous sommes retournés au centre-ville et avons acheté un sandwich au Subway, puis nous sommes retournés à l’hôtel, sandwich à la main, pour prendre la voiture et nous rendre à Vimy et au monument commémoratif. La France a connu de terribles actes de guerre, surtout pendant la Première Guerre mondiale, beaucoup de guerres de tranchées et de batailles féroces dans une longue guerre d’usure. La crête de Vimy a été une bataille remportée par les troupes canadiennes à la suite de tentatives britanniques et françaises qui avaient échoué. La méthode canadienne était simple, mais incroyablement dangereuse. Ils ont creusé des tunnels de leur propre tranchée jusqu’en dessous des tranchées allemandes. Puis des charges ont été posées sous les lignes allemandes et, au bon moment, ont explosé. Les Canadiens chargent alors les lignes allemandes et se battent main dans la main jusqu’à ce qu’ils prennent la ligne. Ce n’était rien de moins qu’héroïque, charger en montée pour engager une force plus grande et mieux armée. Après la guerre, la France a donné au Canada le lieu de la bataille à perpétuité et un concours a été organisé pour concevoir un mémorial à la mémoire des hommes qui sont morts ici. Il y a toute une histoire au sujet du monument commémoratif, alors je vais faire une digression pour un moment ou deux. Le concours pour la conception du monument commémoratif a été remporté par Walter Allward, contre beaucoup d’autres. On pensait qu’il était le mieux à même d’illustrer le sentiment de perte et d’être une source d’inspiration pour les générations futures. Je pense qu’il a gagné à juste titre. Nous avons donc fait le tour du monument, le regardant sous tous les angles et il est de mieux en mieux. Je n’ai jamais vu de cratères d’obus auparavant, mais ils sont toujours là. Juste au-delà de la limite, le sol est piqué et marqué d’une pierre là où les obus d’il y a près de cent ans ont explosé. Certains sont toujours là, attendant de faire leur travail mortel et partout où vous regardez, il y a des panneaux en français et en anglais expliquant les munitions non explosées dans ce terrain vague. Nous sommes partis d’ici tristes d’un tel gâchis de vie. Tant d’hommes, tant de maris, de pères et, plus probablement, de fils. Nous essayons tous les deux d’imaginer comment nous nous sentirions si c’était l’un des nôtres dont on se souvenait ici. Cette partie de la France a une histoire récente si sanglante – dans les deux guerres. En quittant le mémorial, nous avons parcouru une courte distance jusqu’au centre d’accueil et aux tranchées. Il ne s’agit pas des tranchées actuelles conservées, mais d’une maquette de leur état. Les sacs de sable le long des côtés sont faits de béton, mais ils sont tout à fait réalistes. Vous pouvez marcher le long d’un chemin typiquement sinueux, sous le niveau du sol, puis marcher sur le pas de tir pour voir ce que c’était que de regarder à travers les lignes. Puis c’était le retour à Arras et à l’un des nombreux restaurants que nous avions vus autour de la Grand Place. Je ne me souviens plus de son nom, mais il faudra du temps avant que j’oublie le repas que j’ai mangé. C’était du porc, mais c’était le porc le plus délicieux de tous les temps. C’était si tendre qu’on avait à peine besoin d’un couteau, et c’était fait dans une merveilleuse sauce légère mais crémeuse. Accompagné d’une bouteille de vin et d’une bonne compagnie, il complétait parfaitement une journée mémorable. Aujourd’hui, nous avons décidé d’aller un peu plus loin. Lors d’un de nos précédents voyages, nous avions contourné Rouen par un temps absolument épouvantable. C’était une belle journée ensoleillée, à la limite de la chaleur lorsque nous sommes entrés dans la vieille ville. Tout l’endroit était plein de bruants, de toute évidence, une célébration était prévue, mais nous n’avons jamais su ce que c’était. Les bâtiments de la vieille ville de Rouen sont presque tous en bois. Je n’aimerais pas dire quel âge ils ont, mais c’est vraiment l’endroit le plus pittoresque. Certains des bâtiments me rappelaient York, mais ils étaient différents d’une certaine façon. Je ne peux pas tout à fait mettre le doigt sur la différence, peut-être que c’était juste le design français, mais quoi qu’ils étaient certainement agréables à regarder. Nous nous sommes lentement promenés dans les rues étroites, à la recherche du monde entier, comme les touristes dont nous nous plaignons à York. Marg a vu un C&A. Elle n’a pas pu résister et est entrée dans la boutique. C&A lui manque vraiment depuis qu’ils ont fermé au Royaume-Uni alors qu’ils vendent son type de vêtements. Je suis heureux de dire qu’elle n’a rien trouvé cette fois et nous sommes sortis avec mon portefeuille et ma carte de crédit intacts. Il faisait vraiment chaud et nous avions soif tous les deux. Nous avons décidé de nous mettre une bière et un sandwich jusqu’à notre repas du soir, alors nous avons trouvé un endroit avec des sièges ombragés et nous avons commandé. La bière est venue et a vraiment frappé l’endroit. Il n’y a rien de mieux qu’une bière froide par une journée chaude, n’est-ce pas ? Puis les sandwiches sont arrivés. En remontant la ville, je nous ai acheté une glace. Je me souviens avoir pensé que tout ce dont nous avions besoin, c’était deux chapeaux Kiss-me-quick, et nous aurions regardé des pillocks complets ! Mais alors quoi ? On s’amusait bien. On n’a jamais trouvé où Joan a brûlé sur le bûcher. On m’a dit que c’était difficile à manquer, mais nous l’avons manqué. Il était déjà tard dans l’après-midi et je voulais retourner à Arras avant de devoir utiliser les phares de la voiture. Parce que nous conduisons à gauche et que les Français conduisent à droite, nos lumières plongent droit dans leurs yeux. Nous sommes donc retournés à Arras, traversant une belle campagne vallonnée et nous arrêtant brièvement pour rendre hommage dans le petit cimetière de guerre britannique juste à l’extérieur d’Amiens. C’est étrange que l’on puisse se faire une fausse impression quelque part, n’est-ce pas ? J’ai toujours considéré Amiens comme une petite ville romantique, mais en réalité, c’est une ville industrielle sans charme et sans charme. Nous sommes revenus à l’hôtel, assez fatigués, nous avons donc fait une petite sieste, avant de sortir sur la place pour notre repas. On a fait des omelettes et des frites. Délicieux ! Alors que nous étions assis sous les immenses parapluies de notre café trottoir préféré, nous avons remarqué que les nuages s’empilaient et que l’obscurité tombait. Je voulais prendre des photos nocturnes de la Place de Heros pour qu’on s’attarde sur notre repas et qu’on prenne un café, encore une fois pour le faire durer. Le ciel devenait de plus en plus sombre et les lumières ne s’allumaient toujours pas. A 9 heures : Je me demandais s’ils n’allumaient la place que le week-end ou quelque chose comme ça, quand les éclairs les plus terribles déchirent le ciel. Il pleuvait déjà assez vite et nous avons décidé de courir jusqu’à l’hôtel. Quand je dis « courir pour ça », je veux dire une marche assez rapide – au moins sur la partie Margs. Je suis heureux que nous y soyons allés quand nous l’avons fait, parce que lorsque nous sommes rentrés à l’hôtel, le ciel s’est ouvert et il a plu toute la nuit. En sortant des grottes et en plein soleil, nous avons décidé de marcher jusqu’à la Citadelle, une sorte de caserne de l’armée. Juste le long de la rue, la Citadelle est le mémorial britannique. Je promets de ne plus parler de la guerre après ça, mais encore une fois, c’est l’endroit le plus émouvant. En entrant dans le portique, les bruits de la rue s’estompent et vous pouvez entendre le chant des oiseaux. Chaque morceau de pierre plate est recouvert des noms sculptés de jeunes hommes. Dans un petit coin se trouvait une fleur rouge avec une petite note attachée. D’une façon ou d’une autre, ça m’a vraiment touché. Écrite dans une main d’enfant, c’était pour un jeune homme tué en 1916, de sa nièce arrière et de sa nièce arrière, arrière, arrière-arrière-nièce. De retour à l’hôtel, nous avons fait une petite sieste avant de sortir pour notre repas du soir au Café Leffe, encore une fois. Incidemment, une question que je me suis posée à maintes reprises était de savoir comment Arras était restée si intacte pendant les deux guerres mondiales, la réponse est que ce n’était pas le cas. Il a été complètement aplati pendant la Première Guerre mondiale, puis reconstruit selon le même modèle et le même design. Il a également été gravement endommagé par les bombardements de la 11e guerre mondiale, puis reconstruit. C’est vraiment un bel endroit. Aujourd’hui, nous avons pris le TGV pour Paris. Nous nous sommes renseignés hier soir sur le prix du train et les horaires des trains, mais nous n’avons reçu qu’un haussement d’épaules gaulois en réponse. Le prochain train disponible était dans environ une heure, alors nous avons juste serpenté pendant un petit moment, avant de retourner à la gare. Nous avons fait notre chemin sur le quai, les billets dans nos petites mains moites et nous étions sur le point de monter dans le train quand j’ai vu une étiquette sur le wagon qui disait « Lille ». J’ai arrêté Marg et j’ai cherché quelqu’un à qui demander, après tout, nous ne voulions pas prendre le mauvais train. Un jeune homme se trouvait à proximité et je me suis approché de lui et lui ai demandé du mieux que je pouvais si ce train allait à Paris. Il a dit oui, alors j’ai fait remarquer l’étiquette de Lille. Un petit mot ici sur le TGV. Ce sont presque des machines à remonter le temps. Ils offrent l’un des services de train les plus rapides au monde, des trains atteignant régulièrement 200 mph, notamment sur la longue distance Paris-Marseille, qui se fait à l’ombre en trois heures. Cela prend au moins huit heures en voiture, et implique généralement un arrêt de plus d’une nuit. Ils font l’envie de la plus grande partie de l’Europe, en particulier de l’Angleterre. Ainsi, 50 minutes après avoir pris place, nous descendions le quai de la Gare du Nord à Paris. Paris, est-ce la ville la plus romantique du monde ? Peut-être, peut-être pas, mais il a quelque chose de très spécial. N’ayant pas plus de quelques heures ici, nous voulions essayer de contourner les curiosités autant que nous le pouvions, alors nous sommes montés dans le bon vieux bus d’excursion. Il s’agit de monter et descendre des autobus qui font le tour de la ville en visitant diverses marques de terre touristiques. En passant par la Place de la Concorde, nous sommes passés par une zone absolument immense où la guillotine avait été mise en place et où la foule s’est vengée sur les aristocrates. La plupart des pierres du lieu provenaient des murs de la Bastille, et l’histoire est racontée de l’endroit puant le sang à tel point que les charrettes à boeufs transportant les prochaines victimes à leur mort ont refusé de la traverser, terrifiées par l’odeur. Eh bien, je n’en sais rien, mais c’est un dossier factuel sur la guillotine, et la foule devait être énorme. Ensuite, nous avons démarré les Champs Elysées, la route la plus célèbre de France. C’est une large et élégante route à six voies qui commence à la Place de la Concorde et continue jusqu’à l’Arc de Triomph où elle se transforme en Avenue Grande Armee. Mais le vrai frisson, c’est le trafic autour de l’Arc. Pas moins de douze avenues convergent vers cet endroit, et le mot mayhem ne s’approche même pas pour le décrire. Les cornes explosent constamment, et comme le trafic qui se joint au système a déjà un droit de passage sur le trafic qui ne peut pas descendre, c’est une recette pour le chaos. Je n’ai pas eu le temps de faire ce voyage, mais sur les précédents, j’ai juste regardé la circulation par ici – c’est un sport de spectateur ! L’Arc lui-même est immense et magnifique. Vous pouvez grimper au sommet, et Marg l’a fait lorsqu’elle était ici plus tôt dans l’année, mais encore une fois, nous n’osons pas quitter l’autobus, car nous devions prendre notre train pour retourner à Arras, et les gens étaient laissés aux arrêts de gros. Rapidement, l’escale suivante fut la Tour Eiffel. Construit en 1895 pour l’exposition de Paris. Quelques faits à ce sujet : Balancement maximal au sommet causé par le vent : Balancement maximal au sommet causé par la dilatation du métal : Hauteur totale en 1889 : Hauteur totale avec antenne de télévision : Pour être honnête, j’ai triché un peu ici et j’ai pris ces faits sur le site officiel. Mais c’est un spectacle impressionnant, juste là, à cheval sur la route en contrebas. Finalement, nous sommes retournés à la gare et sommes montés à bord de notre train. Après le bruit et le brouhaha de Paris, nous étions tous les deux impatients de retrouver un peu de paix et de tranquillité à Arras. Le train s’est arrêté 50 minutes plus tard et lorsque nous avons traversé la route, nous savions qu’il se passait quelque chose. Musique ; il y avait de la musique forte dans l’air. Nous pouvions voir une troupe de gens danser, et lorsque nous avons tourné au coin de la rue pour retourner à l’hôtel, il y avait aussi beaucoup de monde. Nous étions tombés sur le Festival de musique d’Arras. Tant pis pour le calme et la tranquillité ! En fait, c’était génial. Donc, assez épuisés, on s’est traîné jusqu’à l’hôtel et au lit. Notre dernier jour en France, mais pas le dernier des vacances. On devait être sur le 6 : Calais et a eu tout le temps de se rendre tranquillement au canal. Nous avons choisi de passer par Lille parce que quelque part dans le passé sombre et lointain, je me souviens d’un lien familial là-bas. Quand j’étais jeune, un membre de ma famille m’a dit que ma grand-mère était originaire de Lille, d’où son nom de jeune fille Lill. C’est probablement complètement faux, mais la ville était plus ou moins sur notre chemin, alors nous avons appelé. Lille, c’est une belle photo dans un cadre muqueux. La banlieue est tout simplement épouvantable, terne et très délabrée. En fait, j’étais sur le point de faire demi-tour et d’aller ailleurs – n’importe où ailleurs, lorsque nous avons atteint le centre-ville. Quel changement ! Il y a de très beaux bâtiments ici. Malheureusement, le temps se refermait un peu et la pluie menaçait, mais nous en avons tiré le meilleur parti et avons bien regardé autour de nous. Peu de temps après que j’ai pris les photos, le ciel s’est ouvert et nous avons décidé que nous devrions manger. Nous avons trouvé un autre café trottoir qui avait l’air frénétiquement occupé (toujours un bon signe) et qui s’est assis. Nous nous sommes contentés d’une salade de poulet et quand elle est arrivée, il devait y avoir un demi-poulet dessus. Nous n’avions vraiment voulu que quelque chose de léger, mais j’ai réussi à en manger la plus grande partie, tout comme Marg, malgré ses yeux élargis et son expression ahurissante. Puis c’est le retour à la voiture et à Calais, sous des orages violents et des pluies torrentielles. Il doit y avoir quelque chose entre moi et Calais, il pleut toujours sur moi ici. Arrivés un peu tôt à Calais, nous avons décidé de faire le tour de la ville. Je suppose que c’est un peu comme Dover, une ville que tout le monde traverse, mais où personne ne s’arrête. En fait, nous n’avons rien vu d’intéressant, sauf une autre mairie. Je n’ai aucune idée de qui pourrait concevoir cela, mais je n’ai jamais vu un tel nombre de tourelles, tours, flèches et autres ornementations sur un bâtiment. C’est tellement exagéré qu’il descend de l’autre côté ! Puis il est retourné à l’aérogare et dans le train. L’enregistrement s’est bien déroulé cette fois et peu de temps après, nous nous sommes retrouvés en Angleterre, face à la courte route vers Hastings, et notre arrêt pour la nuit. Nous avons eu un accueil chaleureux à notre hôtel à Hastings, l’une des dames qui le dirige nous a fait une tasse de thé à notre arrivée. Nous avons déballé puis nous sommes allés explorer. J’espérais visiter une petite ville où s’est déroulée la bataille de Hastings, la plus célèbre bataille de l’histoire britannique en 1066, mais pour être honnête, d’autres choses ont pris le dessus. Nous sommes allés prendre notre repas du soir dans un petit restaurant thaïlandais et en avons apprécié chaque bouchée, puis nous sommes allés au lit et nous avons dormi. Oh, pour être en Angleterre ! Nous avons pris un petit-déjeuner absolument craquelé qui rendrait n’importe quel diététicien gris toute la nuit, puis nous avons pris la route vers Great Dixter House. Margaret avait vu les jardins à la télévision et voulait les voir pendant que nous étions dans cette partie du pays. Nous l’avons trouvé et les jardins sont vraiment beaux. Les fleurs ne semblent pas être dans des parterres organisés, mais dans un mélange glorieux de couleurs. Nous nous sommes promenés pendant quelques heures en regardant et en sentant la fleur étrange. C’était vraiment charmant. La maison elle-même est assez impressionnante, datant du 15ème siècle, c’est un charmant manoir à colombages. Je pense que c’est maintenant la propriété d’un organisme de bienfaisance, depuis le décès du dernier propriétaire en 2006, mais c’est vraiment un bel endroit. Puis c’était notre dernier arrêt. Château de Herstmonceaux. Ce doit être l’un des plus beaux bâtiments en briques d’Angleterre, sinon du monde. C’était l’Observatoire de Greenwich jusqu’à tout récemment, mais il est aujourd’hui utilisé comme centre d’enseignement de matières scientifiques. Dans le parc, il y a de superbes jardins, mais aussi de vieux dômes qui abritaient les télescopes de l’observatoire. J’espérais que nous pourrions aller au château, mais il y avait un mariage en cours et l’espace public était fermé pour cela. Cela valait la peine de faire le voyage juste pour voir l’endroit. C’est juste magnifique. Je suppose que je pourrais y vivre à toute allure, le seul problème c’est que c’est dans le sud, et je suis un garçon du nord – je ne veux pas’owt to do wit’ southern softies…. (Je plaisante, les gens du sud….). Comme je l’ai dit tout à l’heure, il y a dans le parc les anciens observatoires en dôme. Ceux-ci ont été transformés en parc scientifique pour enfants, et les enfants s’amusent énormément à jouer avec les expositions. Moi aussi (en fait, nous l’avons fait tous les deux, mais Marg ne veut pas l’admettre) Parmi les expositions amusantes, il y a un but sérieux, et nous sommes allés à une conférence pour enfants sur le plaisir dans la cuisine. Un conseil, ne laissez pas vos enfants s’approcher de ça ! On nous a donné des instructions explicites sur la façon de faire exploser un bleuet, entre autres choses. Je suis parti en pensant que j’allais essayer ça à la maison, et je sais que les enfants aussi. J’espère seulement que leurs souvenirs sont aussi mauvais que les miens, parce que je ne sais plus comment le faire. Nous avons ensuite assisté à une conférence plus sérieuse sur certains des étonnants télescopes exposés. Dans l’ensemble, c’était un endroit brillant à visiter et l’enthousiasme du jeune homme qui a fait les deux conférences était contagieux. Donc, c’est encore une fois fait. Il ne restait plus quà conduire jusquà la maison encore une fois le lendemain matin et la maison est toujours la bienvenue. J’espère que vous apprécierez notre petit séjour en France, mais c’est tout pour celui-ci.

Lire aussi
Que faire à Blois

Guide touristique de Arras

Les visites à faire dans la ville de Arras

Tunnels Wellington, Monument commémoratif à la bataille d’Arras

Wellington Tunnels, Memorial to the Battle of Arras

  • Adresse : Rue Arthur Deletoille 62000, Arras,France
  • Téléphone : +33 3 21 51 26 95

Intéressant, bon marché. Principalement visite de tunnels non réalisés pendant la guerre, mais utilisés par la population, avec des contributions vidéo.
Pendant la Première Guerre mondiale, pour se rapprocher de la crête de la crête de Vimy sans être repérés et frappés, les Britanniques confient au New Zeland Tunnelling Corps la tâche de creuser quelques kilomètres de tunnels souterrains à partir de la ville d’Arras. Aujourd’hui, l’embout et…..
La visite de ces tunnels centenaires est une expérience unique et difficile à trouver ailleurs. Les visites sont guidées et proposées aux petits groupes, qui avec un casque, sont conduits à travers les endroits les plus significatifs du tunnel. L' atmosphère est solennelle, complice de l' éclairage…..

Place des Héros

Place des Héros

  • Adresse : 62000, Arras,France
  • Téléphone : + Aggiungi numero di telefono

Grand Place est l’espace public le plus important de la ville avec sa Grande Place. Le charme de la grande place tient à l’homogénéité de son architecture, avec des maisons en pierre d’aspect flamand qui rythment trois côtés sur quatre côtés, les arcades qui sont proposées…..
Très belle plus isolée et expérimentée que la grande place voisine.
Plus petite que la Grand Place, la Place des Héros est cependant beaucoup mieux conservée et plus fréquentée par les touristes et les locaux. Il est très agréable de flâner ou de boire sur les tables extérieures des nombreux clubs, en admirant les façades flamandes caractéristiques des bâtiments et du Beffrois.
Très joli. Dominé par la mairie avec sa tour municipale (beffroi).

Grand Place

Grand Place

  • Adresse : Grand Place Arras,France
  • Téléphone : +33 3 21 51 26 95

Pour moi un peu moins que le voisin, et aussi un peu de négliger les bâtiments qui la surplombent.
La place principale d’Arras n’ a pas seulement des dimensions énormes, mais elle aurait aussi un potentiel énorme qui n’est malheureusement pas exploité. E' est accessible aux voitures et utilisé comme un parking et, dans l' ensemble, moins bien entretenu et moins éprouvé par les gens que dans la place des héros.
Moins bien entretenu que la place des héros.
Très belle place dans le centre ville à atteindre à pied.
C’était la première fois que je visitais cette ville et un marché de Noël.
La Grand Place d’Arras et la Place des Héros voisine sont une succession d’édifices aux façades et aux caractéristiques magnifiques de la Flandre. Les voitures garées minimisent la beauté mais c’est tellement…… Utile tour gratuit en bus avec le bus " Ma villas" – sur lequel…..
Voyageant d’Amsterdam à Rouen pour un week-end en Normandie, nous nous arrêtons à Arras, connu pour avoir donné naissance à Maximillien Robespierre, l’Incorruttibile, chef de la Révolution française. Mais Arras a une histoire à la fois plus lointaine et plus récente. Célèbre depuis le Moyen Age…..
Version miniaturisée de la Grand Place de Bruxelles, c’est un véritable bijou à voir au calme. C’est dommage de se garer, mais au moins vous pouvez vous arrêter gratuitement et visiter la ville.
Les vues exceptionnelles qu’offrent les deux places valent la peine d’être admirées sans faire de détour par cette jolie et tranquille ville. Les innombrables colonnes des portiques, qui continuent d’un carré à l’autre, sont quelque chose d’unique et les façades des maisons l’une à côté de l’autre et l’autre différente de l’autre…..
Les façades de la maison forment un cinquième, si ce n’est que la scène est un horrible parking. Il vaut mieux aller à la place des héros voisine, sur laquelle domine la mairie. Le samedi matin, il y a un marché de la ville avec des étals gastronomiques intéressants.

Lire aussi
Le Top 5 des appartements en location à l’Alpes d’Huez

Le Beffroi d’Arras

Le Beffroi d’Arras

  • Adresse : Place des Héros 62000, Arras,France
  • Téléphone : +33 3 21 71 07 34

Si vous êtes à Arras, pour seulement 3 euros ne manquez pas l’occasion de grimper au sommet du Beffrois pour admirer du haut de la ville et du paysage environnant! Vous montez d' abord avec un ascenseur mais pour le dernier tronçon c' est un escalier en colimaçon, donc il n' est pas accessible…..
L’ascension vers la belle vallée permet d’apprécier Arras et ses environs par le haut. En tout 3 euros est un prix honnête pour un panorama qui n’est pas particulièrement suggestif.
Dépensez très peu d’argent, pour grimper avec l’ascenseur puis quelques marches. La vue sur les toits de la place est magnifique.
Belle vue sur la ville, facilitée par des panneaux explicatifs (qui indiquent également la ligne de front 1916-1917).

Carrière Wellington, Mémorial de la Bataille d’Arras

Carrière Wellington, Mémorial de la Bataille d’Arras

  • Adresse : Rue Arthur Deletoille 62000, Arras,France
  • Téléphone : +33 3 21 51 26 95

Ce sont les anciennes carrières sous la ville, qui sont devenues un refuge et une route avancée pour les soldats britanniques pendant la Première Guerre mondiale. Vous êtes accompagné à l’intérieur par un jeune guide local, de l’audioguide et des projections sur panneaux; vous pouvez voir des postes de travail et des petits graffitis faits…..

Cimetière du Faubourg-d’Amiens

Faubourg-d’Amiens Cemetery

  • Adresse : Arras,France
  • Téléphone : + Aggiungi numero di telefono

E' un cimetière militaire britannique typique, qui diffère des nombreux autres dans la région (à l' extérieur de la ville) pour le grand portique et pour la présence, à l' entrée, du mémorial dédié au Royal Flying Corps, ancêtres du RR. A. F. Si vous êtes à Arras, une visite?

Plus d’information sur Arras

Visiter Arras et ses environs

Le Parc Pierre de Deimier à Avignon

  • Adresse : Avignon, France – Adresse

Ce petit parc est dédié au poète Pierre de Deimier. Né à Avignon, le poète vécut dans les années 1580-1618 et fut érudit, puis spécialiste des écrits de Malherbe. Le jardin est un petit espace méditerranéen, agréable avec ses oliviers et ses quais ombragés. Il est situé en face d’un bel immeuble: Ceccano. Construit pour le cardinal Ceccano, le palais abrite aujourd’hui la bibliothèque municipale. Avant d’entrer dans le bâtiment, les élèves s’installent souvent dans le jardin pour lire ou déjeuner. Il y a aussi un buste du roi Henri IV de France.

Lire aussi
5 lieux originaux à découvrir en Vendée

Chausey (Îles)

  • Adresse :

Les îles Chausey sont un endroit idéal pour passer un week-end tranquille dans l’eau. Les amateurs de crevettes seront ravis, ainsi que les photographes amateurs. Il y a un ferry qui vous emmène aux îles en un instant, et pour ceux qui sont plus traditionnels vous pouvez aussi prendre de petits voiliers, mais cela prend un peu plus de temps.

Place de l’Horloge

  • Adresse : Aviñón, France Adresse

Les Forums

  • Site internet
  • Adresse : 20 Place de l' horloge, 84000, Aviñón, France ® Adresse
  • Téléphone : +33490824317

Notre – Dame de l’Assomption

  • Adresse : 22-34 Rue Saint-Yves – Adresse

Située dans la partie haute de Quimperlé, dans le quartier de San Michele et la place du même nom, son imposante tour carrée est la première chose que l’on peut voir en entrant dans la ville. A sa place il y avait une ancienne chapelle d’origine celtique dédiée à Saint-Michel, qui fut remplacée par l’actuelle. Le bâtiment abrite deux styles gothiques différents. Le premier style gothique primitif correspond à la nef construite au XIIIe siècle, tandis que la tour, les frontispices et le chœur correspondent davantage à une période gothique tardive entre la fin du XIVe siècle et le début du XVe siècle. Sans aucun doute, en plus de la magnifique tour, des vitraux et des images qui sont parmi les plus anciennes de Bretagne, il convient de souligner la page de couverture supérieure de la page de couverture de 1450, brillamment sculptée.

A ne pas manquer à Arras

Si il vous reste encore du temps pour votre futur voyage à Arras. Trouvez ci-dessous quelques idées de visites complémentaires.

  • Abbaye Saint-Vaast
  • Carrière Wellington
  • Nemetacum
  • Mémorial de Vimy
  • Beffroi d’Arras
  • Les Boves
  • Réseau des sites majeurs de Vauban
  • Grand-Place d’Arras
  • Place des Héros
  • Cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Vaast d’Arras
  • Citadelle d’Arras
  • Cité Nature
  • Vimy Ridge
  • Funny Parc – Lost Valley
  • Église Saint-Géry
  • Pôle Compagnons et Maitres d’Œuvre
  • Église Notre-Dame-des-Ardents d’Arras
  • Maison de l’archéologie
  • Jerome Ludovic
  • Centre de Loisirs Jean Macé

Bonne visite et bon séjour à Arras

Crédit photo : pixabay.com et flickr.com

Partager.

A propos de l'auteur

Héhé copain voyager, Alban m'a proposé de venir parler voyage sur son blog. Il faut dire que je manie SkyScanner comme personne. Je partage ici mes astuces pour voyager moins cher et aussi mes connaissances sur les quelques pays que j'ai visités (surtout en Europe).

Laisser un commentaire